Français English 

"Découvertes tardivement, dans la fin du 19ème siècle pour la plupart, les terres rares sont au nombre de quinze éléments (appelés usuellement la famille des lanthanides dans le tableau périodique des éléments de Mendeleïev) auxquels s'ajoutent deux autres éléments, l'yttrium et le scandium. Elles se divisent en deux catégories, les terres rares dites " lourdes " qui sont les plus rares (9 éléments) et les terres rares légères. Leurs utilisations dans des technologies d'avenir à forte valeur ajoutée ainsi que leurs prix élevés rendent leur disponibilité critique pour certaines industries.

Selon différentes sources qui arrivent toutes, peu ou prou, à la même conclusion, un quart des nouvelles technologies qui apparaîtront dans les années à venir vont reposer sur l'utilisation des terres rares et que les applications de celles-ci vont croître d'au minimum 10 % par an pour les vingt prochaines années, ce qui nous allons le voir pose un certain nombre de questions d'ordre économique, environnemental et géopolitique à l'échelle de pays et zones économiques comme l'Union Européenne, l'ALENA ou le Japon

Les terres rares inondent les produits de consommation courants : des composants électroniques aux écrans TV en passant par des choses plus simples comme les pierres à briquet, il est quasiment impossible de s'en passer sans dégrader la performance du produit, d'augmenter son coût final, voire de s'en passer tout court. Deux exemples illustrent bien la nécessité d'emploi de ces métaux : le dysprosium, par exemple, permet d'alléger le poids des aimants composant les moteurs électriques de 90% quand le terbium, lui, permet de diminuer la consommation des ampoules électriques de près de 80%.

L'acceptation du progrès suppose corollairement de pouvoir choisir le moindre de deux maux. Les trois seules possibilités d'abaisser durablement le niveau de dépendance et la note à payer qui l'accompagne sont la production pour compte propre, le recyclage et substitution. Si sur ces deux derniers points les choses évoluent de façon moins visible et moins spectaculaire que la diffusion de produits utilisant les terres rares, c'est en revanche clairement là où les efforts doivent porter en priorité à défaut d'instiguer une politique visant à produire de façon plus ou moins auto-suffisante.

De fait, si la Chine n'a pas le monopole de la détention géographique des sites d'extraction, elle a encore en revanche pour au moins une demi-décennie celui de l'exploitation des sites existants en raison de ses capacités de raffinage et de transformation. Les réserves chinoises n'étant estimées ne devoir durer qu'environ 20 ans et au plus 30 ans, le temps est dans cette perspective pour Pékin bien plus que le prix une arme redoutable pour exiger des transferts de haute technologie sur son territoire, acquérir des positions stratégiques dans des secteurs économiques d'avenir ou tout simplement négocier une sécurisation de ses futures approvisionnements en terres rares, via une mise en œuvre de son soft power et la mobilisation de ses énormes réserves de change.

En donnant ainsi semestriellement plutôt qu'annuellement au reste du monde ses chiffres de quotas de terres rares à l'exportation et en prenant la liberté de modifier la nature du mix de terres rares selon son seul bon vouloir, la Chine manage le suspense et rend imprévisible la planification aux industries dépendantes de ses approvisionnements : c'est un appel économique clair et net à venir produire de la haute technologie sur son territoire et un avertissement sans frais de sa montée en puissance, notamment militaire.

Sommes-nous donc condamnés à la pénurie annoncée, aux restrictions programmées, suspendus au bon vouloir du pouvoir libéralo- communiste de Pékin, d'une poignée de régimes africains à la stabilité politico-militaire volatile et de pays émergents qui garderont jalousement leurs ressources ?"

Terres rares: achat en ligne


Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Copyright  © 2012. Tous droits réservés.Contact: terresrares.lelivre@gmail.com